SOURDAINE, UN PATRONYME RARE

Retour à la page d'accueil

SOURDAINE est un patronyme peu répandu et qui va en se raréfiant, porté par moins de 100 personnes inscrites sur l'annuaire de France-Télécom, concentrées majoritairement en zone romane de Bretagne, essentiellement en Ille-et-Vilaine (34%).

La consultation des dépouillements des B.M.S. effectués dans ce département et dans celui des Côtes-d'Armor montre que les plus anciennes traces des SOURDAINE se situent dans une zone géographique étroite s'inscrivant dans un triangle dont les angles seraient Montfort (35), Tinténiac (35) et Caulnes (22) avec une forte concentration autour de Médréac (35). On trouve cependant la naissance d'un Jean SOURDAINNE (sic) le 3 janvier 1578 à Toussaints de Rennes.

Acte de baptême de Jean SOURDAINNE fils de Mathurin le 3 janvier 1578 dans la paroisse Toussaints de Rennes

Lors de la création des départements français, sous la Révolution, des tractations de dernière heure ont conduit à dissocier la rivière la Rance et la "frontière" entre les Côtes-d'Armor(ex Côtes-du-Nord) et l'Ille-et-Vilaine, donnant à ce dernier 4 paroisses côtières situées de la rive gauche en contrepartie de paroisses de la rive droite, de Pleuhiden à La Chapelle-Blanche, séparant ainsi artificiellement le territoire de mes SOURDAINE !

L'extrême concentration du patronyme sur une zone géographique restreinte permet d'envisager l'existence d'un ancêtre commun qui serait à l'origine du nom. Selon les informations recueillies sur le sujet nous avons envisagé plusieurs hypothèses :

* SOURDAINE dériverait du préfixe "Sourd" désigné pour représenter une personne complètement ou partiellement privée du sens de l'ouïe, comme SOURDEAU, SOURDET, "d'Aine" pouvant représenter un lieu-dit aujourd'hui disparu. Dans la société primitive tout individu marginalisé ou souffrant d'une infirmité avait une grande chance d'être affublé d'un surnom. Sourdin pourrait être l'hypocoristique (diminutif) de "sourd",  mis pour "le petit sourd" ou Sourdaine pour "la petite sourde".

A noter que les habitants de Villedieu-les-Poêles, petite ville de la Manche relativement proche, célèbre pour ses ateliers d'objets de cuivre, sont encore actuellement appelés Sourdins, en référence à la baisse de l'audition remarquée chez ceux qui travaillaient depuis leur plus jeune âge dans le fracas des marteaux frappant le métal.

* SOURDAINE serait une altération de JOURDAIN(E) - la confusion entre le J et le S est facile à faire, il suffit de consulter sur certaines tables décennales pour s'en rendre compte - ce qui signifiait "baptisé(e) avec l'eau du Jourdain", rapportée par certains Croisés, en hommage au baptême du Christ.

* SOURDAINE serait un matronyme, c'est-à-dire qu'il représenterait un nom de femme. Il aurait pu se rattacher soit à une mère célibataire, soit à un enfant illégitime, soit encore aurait été transmis par une veuve s'étant fait remarquer par quelque action importante l'ayant mise en valeur. Dans ce cas le nom du défunt se serait féminisé au contact de la dame.

* SOURDAINE se référerait à un habitant de Sourdun, petite ville de Seine-et-Marne proche de Provins, qui aurait migré vers la Bretagne. Sourdun se nomma Surdulium en 1196, Surdolium en 1196, Soudeuil vers 1225 et Sordun au XIIIe siècle. Ce nom de localité viendrait d'un  homme latin baptisé SURDUS.

* SOURDAINE viendrait de "Sourde", ou de "Sourt", post verbal de "Sourdre" (la source),  Selon le Lexique de l'Ancien Français de GODEFROY, SOURDAN est une source. Ce nom a pour variante SOURDON, SOURDIN et surtout SOURDAIN. Selon ce même dictionnaire SOURDANCE est une source jaillissante. Dans son livre des Noms de lieux dits d'Ile-de-France Marianne MULON écrit "En ancien français, un sors, un sourdun et autres mots issus lu latin surgere (sourdre) désigne une source... On ne s'étonnera pas de trouver des cressonnières à Sourdun (77); ce nom suggère qu'elles étaient alimentées par une source". Pourquoi pas dans ces conditions imaginer une formation identique pour le Pont SOURDAINE de Plouasne (22) qui se situe sur un petit ruisseau affluent de la Rance ?


Le Pont SOURDAINE à Plouasne F22
Carte de Cassini Plouasne

Le "Pont Sourdaine", hameau de Plouasne (Côtes d'Armor)

Sourdain près de Trehet-41

En Charentes le dérivé SOURDIS désigne une petite source, une infiltration, que l'on retrouve dans la toponymie de plusieurs lieux-dits (Noms des Lieux des Charentes - Jacques DUGUET).

En Corrèze il existe un affluent de la Dordogne appelé La SOURDOIRE (Noms de Lieux en Limousin - Marcel VILLOUTREIX).En Charentes le dérivé SOURDIS désigne une petite source, une infiltration, que l'on retrouve dans la toponymie de plusieurs lieux-dits (Noms des Lieux des Charentes - Jacques DUGUET).

En Corrèze il existe un affluent de la Dordogne appelé La SOURDOIRE. (Noms de Lieux en Limousin- Marcel VILLOUTREIX).

Dans la vallée du Loir, près de Tréhet (Loir-et-Cher) on trouve un lieu-dit au nom de SOURDAIN.

Enfin, en Avignon, sur l'ancienne commune de Montfavet, nous avons découvert un Chemin de la SOURDAINE (ou de SOURDAINE ou encore SURDAINE) attesté comme tel sur le cadastre de 1819 et qui se situe en bordure de la Durance, manifestement dans une zone humide, actuellement qualifiée de zone sensible.

Chemin de la Sourdaine
Carte de Cassini Avignon

Le "Chemin de SOURDAINE" à Montfavet-Avignon (Vaucluse)

Nous retiendrons donc cette dernière hypothèse qui recueille les faveurs de nombreux spécialistes d'autant volontiers que l'idée de faire de SOURDAINE une source jaillissante n'est pas pour nous déplaire... et, beaucoup plus par jeu que par conviction, nous avons créé le Blason des SOURDAINE évoquant trois générations de bouchers de campagne et de pauvres ouvriers de la terre.



"de gueules à la source jaillissante d'argent accompagnée d'un couperet d'argent emmanché d'or
et d'une gerbe de blé d'or liée d'argent; au chef d'hermine"

Avec un remerciement tout particulier à Claudine MORVAN, responsable de la rubrique d'onomastique de Généalogie 22, Bulletin de liaison du Centre Généalogique des Côtes-d'Armor et à Jean-François PELLAN, Président du Centre Généalogique du Finistère (Rubrique "Onomastiquement votre" - LE LIEN Bulletin du Centre Généalogique du Finistère N°73 - Janvier 2000

Retour à la page d'accueil